Tout commence il y a plusieurs années déjà. Jérémy que vous connaissez peut-être pour ses écrits ponctuels ici me propose alors une expérience inattendue : la visite de la Tannerie Degermann, dans la jolie ville de Barr ! Une occasion rare, puisque les coulisses ne sont pas ouvertes à tout le monde. Ce jour là, nous en apprendrons plus sur le cuir de veau, son tannage, la qualité des peaux,  ce qui fait le prix d’une peau. Les mystères de la tannerie, c’est ce que je vous propose de découvrir ici ensemble.

Le Cuir sous toutes les coutures

Le cuir, vous le savez, est un matériel obtenu après tannage de peaux d’animaux. Le process peut être traditionnel avec du Chrome (ou d’autres produits chimiques selon les pays), ou végétal avec un procédé plus “écologique” mais aussi plus compliqué, plus cher etc…

Nous le verrons tout au long de cet article, il existe de nombreux procédés, avec chacun de nombreuses raisons d’exister, des normes internationales, des écarts de prix etc… Dans cet article, vous comprendrez je l’espère pourquoi un accessoire en cuir peut atteindre des prix plus ou moins élevés, si vous souhaitez une pièce de qualité.

Le stockage des peaux

Premier passage de cette visite : le stockage.

Capture d’écran 2017-06-06 à 14.10.26

Attention à avoir le coeur un peu accroché de bon matin, il s’agit ici de matières naturelles, de la peau d’animaux morts, issus des filières de viande.

Les peaux sont stockés avant tannage et sont salées pour éviter la décomposition. Vous ne le verrez jamais, puisque les produits de tannage enlèvent toute odeur ou presque, mais le naturel du cuir prend tout son sens ici.

Le premier passage au chrome : Obtention du Wet blue

Après que les peaux aient été nettoyées des poils et “morceaux” de peau qui dépassent, un premier traitement est appliqué, généralement à base de chrome, qui permet de nettoyer la peau et d’obtenir un “cuir” bleu et humide appelé aussi Wet blue. A ce stade, les différentes productions de peaux ne sont pas encore séparées (peu importe le destinataire ou la qualité).

Capture d’écran 2017-06-06 à 14.10.39

Il existe de nombreux processus à ce stade, avec plus ou moins de produits chimiques, et les installations d’épuration et d’évacuation du chrome sont très importantes.

Les cuves de tannage et coloration

Capture d’écran 2017-06-06 à 14.10.16

A ce stade, il va falloir finir le tannage, mais aussi commencer la coloration des peaux selon les commandes. Nous trouvons alors de grands tonneaux qui tournent sans arrêt, dans lesquels sont ajoutés les produits nécessaires, les couleurs, selon les commandes des différents clients de la tannerie. Il faut savoir que la tannerie Degermann est la dernière tannerie indépendante française, elle n’a accepté aucun rachat de grands groupes.

Le séchage des peaux

Capture d’écran 2017-06-06 à 14.10.53

Vient ensuite le séchage des peaux. Une grande salle, des crochets, les peaux reposent jusqu’au résultat “brut final”, les productions sont déjà différenciées.

C’est ici par exemple que nous retrouverons des cuirs de plus basses qualités avec des aplat pour uniformiser, des crust ouverts (aucun produit pour refermer les pores, ce qui rend le cuir très absorbant aux couleurs de patines par exemple), et bien d’autres possibilités.

Et le Suédé ou daim alors ? C’est une peau dont l’une ou l’autre surface a été grattée pour obtenir cette texture que vous connaissez si bien. Il est possible de suéder n’importe quel type de peau, une fois celle-ci tannée.

Le résultat final : une peau prête à être utilisée en chaussure, maroquinerie etc…

IMG_1499

Le stockage, les peaux prêtes à être envoyées au client, les “restants” de production, des peaux plus belles les unes que les autres, avec leurs défauts, leurs aspérités, leurs veines etc… On comprend une peau au touché, à l’oeil, il est difficile de décrire un tel produit par des mots.

Nous comprenons aussi à ce moment qu’un animal maltraité donnera un cuir de mauvaise qualité… pas question de ferme d’élevage pour les peaux et de torture. Des animaux en bonne santé, avec un niveau normal de stress, de graisse, de muscle et sans maladies donneront des cuirs de qualité, la peau étant issue des filières de la viande dans le cas notamment du veau, du cuir de chèvre, agneau et autres cuirs traditionnels (en opposition aux cuirs exotiques).

Ce que vous devez comprendre ici

Les cuirs français sont évidemment plus chers. Ils utilisent des produits autorisés (contrairement à l’Asie de l’Ouest notamment) et plus “sains”, les peaux sont plus belles car triées selon les demandes des clients, le tannage demande un vrai savoir-faire qui se transmet de génération en génération. C’est ce niveau d’exigence que nous avons trouvé chez la famille Degermann, et c’est celui que vous retrouverez aussi chez Revenge Hom. Un cuir ne se choisit pas à la légère.

Le prix des peaux ?

C’est très compliqué d’expliquer le prix d’une peau sans l’avoir sous les yeux, de nombreux facteurs entrent en compte et feront passer un cuir de 20€ à 150 ou 200€ du m2.

Prenez notamment sa qualité, sa texture, le toucher, l’épaisseur et bien d’autres paramètres comme les veines apparentes ou non.

Les produits Revenge Hom utilisant des cuirs traditionnels  :